Les 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel

Les 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel

Nous avons tous du potentiel et des compétences dans des domaines qui nous sont propres. Nous sommes capables de faire tout ce que l’on veut à condition de le vouloir et de s’en donner les moyens. Et c’est ton cas aussi bien sûr, même si tu en doutes… il existe 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel.

Si tu es là, c’est peut-être que tu as conscience que quelque-chose de ne va pas dans ta vie, quelque-chose qui empêche ton épanouissement personnel et/ou professionnel.

Tu te reconnaîtras certainement si tu as la sensation, le sentiment ou l’impression que :

  • tu stagnes, tu n’évolues pas alors que tu en as les capacités
  • quelque-chose te rend différente mais tu ne sais pas quoi exactement et tu ne sais pas comment “réveiller” ou “activer” ce quelque-chose
  • tu as un potentiel inexploité
  • tu t’ennuies, tu passes à côté de ta vie, et tu tournes en rond
  • quelque-chose au fond de tes tripes te dit que tu peux faire quelque-chose de plus grand, de plus impactant

Par exemple :

  • tu as toujours travaillé, tu deviens maman et tu arrêtes de travailler pour t’occuper de ton enfant. Tu peux ressentir une frustration à l’idée de ne plus travailler. Tu envisages de créer ta propre activité mais tu es pleine de doutes et ton entourage ne t’encourage pas. Mais quelque-chose t’appelle au fond de toi et te fait dire que quelque-chose est possible.
  • tu es salariée, en CDI. Avec le temps, tu te rends compte que même si tout va bien en apparence, tu ressens un profond mal-être. Tu te trouves trop limitée dans son champs d’actions. Tu as envie de découvrir de nouveaux horizons mais tu as peur de l’avenir et tu ne saurais pas par quoi commencer.

Voyons ensemble les 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel !

 

Raison n°1 – Remise en cause du potentiel et dévalorisation

Prenons l’exemple de Lucie, contrôleuse de gestion, elle est salariée depuis quelques années, elle a une routine “métro-boulot-dodo”. Lucie a de l’expérience et des connaissances, acquises pendant ses études et au travail. Au quotidien, elle exploite toujours plus ou moins les mêmes compétences en fonction de son métier :

  • faire des budgets
  • “jouer” avec les chiffres
  • analyser des bilans comptables
  • faire du reporting

Lucie s’ennuie, et les chiffres ne l’ont jamais vraiment passionnée. En plus, avec la pression, elle est proche du burn-out. Elle souhaiterait changer de voie professionnelle mais elle ne s’en sent pas capable. Les chiffres, c’est toute sa vie, elle ne connaît rien d’autre alors qu’est-ce qu’elle pourrait bien faire. Elle se sent nulle parce-qu’elle n’arrive plus à gérer la pression au travail, elle fait de plus en plus d’erreurs, parfois elle pleure sans savoir pourquoi. Elle connaît le syndrome de l’imposteur : elle a l’impression de prendre la place de quelqu’un, d’être nulle dans ce qu’elle fait…

Elle est épuisée physiquement et moralement et ça la déprime. Son estime d’elle-même est touchée et elle se dévalorise à tous les niveaux !

Pourtant Lucie est intelligente, elle a du potentiel, des compétences qu’elle pourrait utiliser dans d’autres domaines. Mais à force de dévalorisation, elle ne le voit pas et cela peut lui gâcher la vie…

Raison n°2 – Peur d’utiliser ou ne pas assumer son potentiel

Une des 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel est la peur !

La peur est une émotion normale de l’organisme au même titre que peuvent l’être la joie ou la tristesse. Son rôle est de nous protéger en plaçant notre corps en alerte face à un danger : bruit, image ou situation inconnue.

Des peurs, il en existe beaucoup. Voici les plus fréquentes auxquelles tu peux être confrontée au quotidien :

  • la peur du changement/de l’inconnu : tu sais que tu as du potentiel et tu aimerais l’exploiter mais tu as peur des conséquences que cela pourrait avoir sur ta vie. C’est vrai après tout, comme dit l’adage : “on sait ce qu’on quitte, mais pas ce qu’on retrouve”. Alors tu te projettes et tu envisages les pires scenarii mais… Et si derrière cette peur de changement se trouvait le bonheur que tu cherches depuis si longtemps ? Enfin faire ce que tu aimes, selon tes valeurs, tes compétences et celles que tu vas découvrir… (voici d’ailleurs un article qui pourrait t’intéresser sur la peur du changement si tu te reconnais dans cette peur : https://zvk-coaching.com/peur-du-changement

  • la peur de ne pas être à la hauteur : tu aimerais changer de voie professionnelle, te reconvertir professionnellement mais tu n’as pas assez confiance en toi et en tes capacités… Tu as peur de ne pas être à la hauteur de tes ambitions et cela te paralyse.

  • la peur de l’échec : ce n’est pas facile de s’engager dans un changement de vie. C’est légitime d’avoir peur d’échouer dans un nouveau projet. Mais il faut garder en tête que quelque-soit les décisions que tu peux prendre, il y a des risques de difficultés. La réaction à cette peur est une question de mindset ! Chaque expérience est source d’apprentissage, l’échec n’existe pas.

    Comme disait Nelson Mandela : “Soit je gagne, soit j’apprends”

  • le jugement des autres : que va penser untel ou un tel ? Si tu te places au centre de ta vie et que tu fais ce que tu aimes, ce qui te portes et te fait te sentir vivante, si tu trouves ton Ikigaï – la raison pour laquelle tu te lèves chaque matin – alors le jugement des autres importe peu.

  • la peur d’utiliser et de ne pas assumer son potentiel : tu sais que tu as du potentiel mais tu ne peux pas en connaître l’étendue tant que tu n’as pas expérimenté et que tu n’es pas sortie de ta zone de confort. Et tu ne sais pas jusqu’où cela pourra te mener et si tu pourras assumer. Le conseil est d’y aller étape par étape, un pas à la fois et petit à petit tu apprendras à te connaître et tu gagneras confiance en toi !

Pour aller plus loin sur ce sujet, je te conseille l’écoute de l’épisode de podcast qui répond à la question “Comment surmonter ses peurs (même les plus grandes)”

Voici un texte de Marianne Williamson :

« Notre peur la plus profonde n’est pas d’être inapte.

Elle est que nous puissions être doté d’un pouvoir sans commune mesure.

C’est notre clarté, pas nos zones d’ombres, qui nous effraie.

[Nous nous demandons “Qui suis-je pour être brillant, talentueux, fabuleux, splendide ?

En fait, quelle place ne méritez vous pas ? Vous êtes enfant de Dieu.]

On n’apporte rien au monde en se dévalorisant.

Il n’est pas éclairé de se faire plus petit que l’on est, simplement pour rassurer les autres autour de nous.

[Nous sommes nés pour manifester la gloire de Dieu, présente en nous.]

Nous sommes tous conçus pour briller, comme les enfants.

Ce n’est pas donné qu’à quelques-uns, c’est en nous tous.

En laissant briller notre propre lumière,

nous donnons inconsciemment aux autres le pouvoir d’en faire autant.

Si nous nous libérons de notre propre peur, notre présence seule pourra aussi libérer les autres. »

 

Raison n°3 – Volonté de faire plusieurs choses mais croyances limitantes

Il se peut aussi que tu ne saches pas quoi faire exactement parce-que tu aimes trop de choses !

Tu es curieuse, tu lis beaucoup ou alors tu as plein d’activités différentes depuis toujours… Par exemple, depuis toute petite tu t’intéresses à l’art, sans pour autant te considérer comme une artiste… Tu as déjà testé des cours de peinture, de chant, tu as pris des cours de guitare et puis peut-être que tu as fait de la danse aussi : hip-hop, jazz, contemporain, claquettes,… tout y est passé ! Et en même temps, tu es bricoleuse, tu aimes créer de tes mains, monter des meubles Ikea. Et tu aimes aussi beaucoup lire et écrire !

Bref, tu aimes beaucouuuup de choses et tu aimerais utiliser tout ton potentiel parce-que tu as l’impression que, ainsi tu pourrais le déployer dans tous les domaines qui t’intéressent. Mais tu as la croyance limitante que tu ne dois faire qu’un seul métier… que tu ne peux mener qu’un seul projet et tu veux pas être enfermée. Alors que tu as la possibilité de combiner de multiples compétences dans un projet qui te ressemble et qui te permet d’exprimer pleinement ton potentiel !

Je t’invite à écouter l’épisode de podcast qui traite de ce sujet justement : “comment trouver sa voie quand on aime trop de choses”.

Il te donnera des clés importantes si tu te retrouves dans cette situation !

Raison n°4 – Manque de clarté

Le manque de clarté est une des 4 raisons pour lesquelles tu gâches ton potentiel.

Quand on se sent perdu et submergé par notre situation, on a tendance à avoir l’esprit embrouillé.

On a envie de changement, d’être plus aligné, et on aimerait que ce soit rapide, que cela arrive en un claquement de doigt mais on ne sait pas par quoi commencer.

Alors un tas de questions viennent à notre esprit par rapport à notre mission de vie :

  • Qu’est-ce que je veux apporter ? Pourquoi ?… 
  • Qu’est-ce que je vais faire de mon potentiel ?
  • Quel est mon potentiel ? Est-ce que j’ai un talent inné ?
  • Et d’ailleurs, est-ce que j’en ai un ou plusieurs ?
  • Et puis, à qui ça pourrait servir ?

Il se peut qu’on utilise déjà une partie de notre potentiel, mais qu’on ne soit pas au bon endroit. Qu’il ne serve pas les bonnes personnes ou les bons projets… Ça peut être le cas si on exerce un métier dans lequel on n’est pas épanouie par exemple.

Alors la première chose à faire est une introspection pour apprendre à mieux se connaître, faire le point sur tes compétences, tes envies, ton état émotionnel, tes valeurs, ton mode de vie, ce qui t’anime…

Il existe plusieurs façons de le faire :

  • se poser les questions tout simplement et y répondre honnêtement, sans se mettre de barrière ou s’auto-censurer
  • faire un bilan de compétences qui se focalisera uniquement sur les compétences professionnelles acquises
  • passer des tests de personnalité : Ennéagramme ou Lumina Spark par exemple
  • se faire accompagner par un coach ou un thérapeute

L’objectif de l’introspection est vraiment de gagner en clarté.

En conclusion, je vais résumer les différentes étapes pour parvenir à utiliser pleinement ton potentiel

  1. Définir la situation dans laquelle on se trouve
  2. Méditer sur ces différents freins pour comprendre ce qui nous empêche d’avancer
  3. Faire une introspection complète pour apprendre à se connaître et pour comprendre comment utiliser pleinement son potentiel

Pour en savoir plus sur comment concrètement trouver ton Ikigaï, tu peux télécharger ton ebook offert juste ici ! 

Laisser un commentaire