Comment aider les autres : le concept du MOAÏ

<span class="dojodigital_toggle_title">Comment aider les autres : le concept du MOAÏ</span>

COMMENT AIDER LES AUTRES : LE CONCEPT DU MOAÏ

Nous avons tous ce besoin, cette envie d’aider les plus démunis (encore plus en ces temps difficiles).

Tu te sens impuissante alors qu’il y a des gens dans le besoin. Comment faire pour les aider ? Pourquoi c’est aussi important pour toi ? Quels sont les impacts dans ta vie, dans ton quotidien ?

J’y réponds dans cet article.

Donner un sens à sa vie

Tu te souviens de l’Ikigaï ? C’est ce concept de vie Japonais qui te permet de donner un sens à ta vie. L’objectif est de trouver un équilibre entre les 4 cercles de cette matrice :

Ikigaï ZVK Coaching

Le point qui nous intéresse c’est : ce dont le monde a besoin ! Pour que tu puisses te réaliser, tu as besoin de répondre à un besoin, celui du monde. On voit que pour que tu puisses atteindre tes objectifs, évoluer et impacter, tu dois être reconnu par tes pairs, tes clients ou encore ceux qui t’entourent.

Lorsque l’on évoque la notion d’aide, on pense très souvent à l’humanitaire, l’associatif ou encore le bénévolat.

C’est à cet instant qu’il devient difficile de se positionner : comment apporter sa contribution au monde alors que le travail, les obligations quotidiennes prennent une place importante dans notre vie ?

Trouver son Ikigaï !

C’est bien plus qu’un concept, c’est une nouvelle manière de vivre. Il est possible d’apporter une aide au quotidien en fonction de ce dont le monde a besoin, d’être passionnée et d’en faire son métier.

Un sentiment d’appartenance : MOAÏ

Qu’est ce que le MOAÏ ? On continue notre virée japonaise 🙂 Le MOAÏ signifie en Japonais “l’amour de la communauté”. C’est une tradition d’Okinawa qui consiste à consolider et entretenir des liens au sein des communautés locales. Chaque groupe a un intérêt commun qui renforce le sentiment d’appartenance. En faisant partie de ces groupes, les membres s’entraident et pour certains, il s’agit de leur Ikigaï.

Les MOAÏ ont vu le jour lorsque les agriculteurs de l’époque discutaient au sujet de leurs mauvaises récoltes. Ils s’échangeaient ainsi les meilleures méthodes de culture. C’est à cette occasion qu’ils se sont demandé comment ils pouvaient s’entraider en cas de mauvaises récoltes.

Pour consolider leur lien et l’esprit d’entraide, les membres des MOAÏ cotisent mensuellement afin de soutenir en cas de coup dur, d’assister à des réunions ou à des activités connexes.

Il arrive que l’argent cotisé ne soit pas totalement dépensé. Dans ce cas il est redistribué ou est avancé à un membre du groupe en difficulté financière.

Tu l’auras compris, faire partie d’une MOAÏ permet à chaque individu de se sentir soutenu, entouré. Il renforce également le sentiment d’appartenance et crée une atmosphère sécurisante. C’est ça l’esprit de groupe !

Un facteur de bien être

“Aimer, c’est trouver, grâce à un autre, sa vérité et aider cet autre à trouver la sienne. C’est créer une complicité passionnée.”

Jacques de Bourbon Busset

Te souviens-tu du sentiment que tu as éprouvé la dernière fois que tu es venu en aide à une personne ?

Un apaisement, une sensation de bien-être n’est-ce pas ? C’est tout à fait normal car à cet instant la dopamine  (molécule du plaisir) prend toute sa fonction. Il s’agit d’un neurotransmetteur impliqué dans le circuit de la récompense. Cette substance chimique joue un rôle sur ton comportement car elle est libérée par le cerveau lorsque tu vis des expériences que celui-ci associe au plaisir.

En plus d’autres molécules (sérotonine) il a une fonction dans le circuit de la récompense ! Voilà pourquoi tu ressens ce plaisir parfois impossible à expliquer car, cela se vit.

Se recentrer sur soi ou s’investir pour les autres ?

Lorsque nous sommes à la recherche du bonheur, nous sommes très souvent orientées sur notre personne.

On fait du shopping, on sort entre copine ou on voyage vers une destination de rêve. Bref, on se fait plaisir mais ce plaisir ne dure pas.

Pourquoi ?

C’est ce que Katherine Nelson, Psychologue à l’université du Sud au Tennessee au USA entouré d’un groupe de scientifiques nous démontre à travers une étude : évaluer la santé émotionnelle de deux groupes.

Les membres du premier groupe se concentrent sur eux et ceux du deuxième sont dans une démarche d’entraide.

L’étude a révélé que les membres du premier groupe n’étaient pas plus épanouis émotionnellement contrairement au deuxième.

Certes, le bonheur, le bien être et l’épanouissement personnel sont vécus intérieurement mais n’oublions pas qu’ils sont le fruit du contact avec autrui.

Une meilleure connaissance de soi : se connaître en communauté

As-tu déjà entendu cette phrase (ou l’as-tu déjà toi-même dite) ? “Je suis généreuse, j’aime aider, donner de mon temps… Moi, je suis altruiste”.

Il s’agit de nobles qualités que l’on voudrait avoir. Lorsque nous ne sommes pas dans une situation réelle, il est plus facile de se définir ainsi. Mais qu’en est-il de la réalité ?

Affirmations positives, ambitions et rêves nous éloignent parfois de la réalité, du moins des efforts à fournir pour y parvenir. Nous l’avons vu dans les précédents points, la notion d’aide ne se limite pas aux oeuvres caritatives ou au bénévolat.

Pourquoi c’est un bon moyen de se connaître ? Tu as surement envisagé de t’impliquer dans une association ou chercher à venir en aide aux plus démunis et ce n’est pas une chose aisée car comment choisir ?

Est-ce que tu préfères assister les personnes âgées, rendre visite aux enfants malades, faire des maraudes, faire des dons, entreprendre des voyages humanitaires ou tout simplement le faire au quotidien dans le cadre de ton travail ?

Autant de questions qui demandent des réponses. Je reviens très souvent sur ce principe (indispensable) : prends le temps de te connaître.

Si tu as déjà connaissance de ce dans quoi tu souhaites t’impliquer, c’est une étape de franchie.

Comment tu te retrouves en situation réelle ? Tu as une âme de leader et tu dois suivre des directives car dans de nombreux cas, aider dans ces cadres implique le suivi de règles, d’une hiérarchie.

Es-tu prête à t’investir pleinement ? As-tu besoin d’une liberté d’agir ?

Même lorsqu’il s’agit d’aider, il est important que tu sois en mesure de connaître tes forces, tes faiblesses, tes limites mais surtout ce que tu es en capacité d’offrir.

Te rendre compte de la richesse que tu possèdes

“Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.”

Albert Einstein

Nous sommes tous confrontés à des difficultés, des épreuves, des challenges  à différents niveaux dans nos vies.

Une chose est sûre, il y a toujours mieux et moins bien comme situation. Pour la plupart, nous pouvons subvenir à nos besoins primaires et même plus.

Ainsi, nous sommes habitués à “bien manger, bien boire, dormir dans un lit douillet, vivre dans un pays en sécurité, voyager, avoir des projets…” Nous nous sommes habitués à ces bienfaits et les avons normalisé.

Tandis que des hommes, des femmes et des enfants, à l’heure actuelle, sont SDF, vivent à plusieurs dans un espace exigu, ne peuvent pas se nourrir correctement.

Il n’est pas nécessaire d’entreprendre un voyage humanitaire pour en prendre conscience. Nous avons tous au moins connaissance d’une personne vivant dans la précarité. Il suffit d’y prêter attention, de prendre le temps de réaliser les richesses que l’on possède et d’être reconnaissant.

Venir en aide de manière régulière nous permet de garder les pieds sur terre et de réaliser à quel point nous sommes riches ne serait-ce qu’en étant en bonne santé.

Aider pour s’enrichir des expériences des autres

Lorsque tu entreprends de venir en aide en faisant partie d’un groupe, tu en sors plus riche, plus grandit. La fréquentation (en fonction de sa fréquence) à un impact considérable sur notre comportement. De manière inconsciente, nous sommes influencés par celle et ceux dont nous sommes les plus proches.

Il n’est donc pas hasardeux de voir à quel point certains de nos choix sont influencés par notre entourage.

Il en est de même lorsque nous aidons une personne ou plusieurs. Au fil du temps, les discussions, les échanges et les expériences de uns et des autres nous permettront de voir la vie sous un nouveau jour.

Pourquoi aimons-nous les histoires ? Parce qu’elles sont le fruit d’une expériences vécues et c’est ce qui marque. Celui ou celle qui nous la partage nous enrichi.

En aidant les autres, nous vivons notre propre expérience, celle qui nous change et apporte un nouveau souffle à notre vie.

À travers ces quelques points, j’ai souhaité te partager l’importance que l’entraide a dans ta vie.

Pour que tu puisses en tirer les bénéfices tout en répondant à un besoin, il est important que tu prennes le temps de te connaître pour offrir le meilleur. Cela te demandera du temps, des efforts et de l’investissement mais tu pourras y arriver comme j’ai pu le faire. Après avoir vécue une existence qui ne me correspondait pas, j’ai eu ce déclic et aujourd’hui je suis pleinement épanouie.

C’est ainsi que j’ai pu trouver mon Ikigaï et tu peux le faire aussi !

Ma mission de vie c’est de t’accompagner dans cette démarche et si tu le souhaites, tu peux réserver ton diagnostic gratuit avec moi juste ici ! 

Cet article a 2 commentaires

  1. Imane

    J’ai lu deux fois la citation d’Einstein, elle est puissante 😀

    1. Ines Zivkovic, ZVK Coaching

      Merci Imane pour ton retour !
      Oui je confirme, elle est puissante 🙂

Laisser un commentaire