Un exercice simple et atypique pour trouver ce qui te passionne

Un exercice simple et atypique pour trouver ce qui te passionne

Il t’arrive de te demander si tu trouveras un jour ce qui te passionne ? Ce besoin de ressentir une profonde aspiration dans un domaine t’anime mais tu as l’impression de ne rien aimer et te retrouves dans le néant total.

Plus que cela, tu vis dans un flou et t’oriente vers une impasse.

Dans cet article, je vais te partager un exercice concret et pratique en 7 étapes qui te permettra de faire un point sur ce qui te stimule pour enfin trouver ce qui te passionne vraiment.

Également, si tu es dans une situation où tu aimes “trop de choses”, que tu t’éparpilles et que tu ne sais pas quoi choisir, cet exercice pourra t’être utile pour enfin y voir plus clair ! 

Mise au point : qu’est-ce qu’une passion ?

Nous avons tendance à penser qu’une passion dans un domaine rime avec passe-temps, activités atypiques, créatives ou impressionnantes. Or, tu peux être passionnée par des choses très simple du quotidien, révélatrice de ton futur Ikigaï : je t’invite alors, à changer ta vision sur le terme “passion” car on ne parle pas ici nécessairement en terme d’hobbies. 

Car cette vision devient un frein face à l’exploitation d’un talent ou d’une passion cachée, aussi simple soit-elle.

“La seule manière de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites” – Steve Jobs

Sache donc que tu peux être passionnée par des choses très simple telles que :

  • Faire le tri, ranger, organiser,
  • Écrire, lire, 
  • Dessiner, concevoir, construire, décorer,
  • Coudre, confectionner,
  • Cuisiner, préparer une table…

Qu’est ce qui peut donc bien définir une passion ? Connais-tu la notion de “flow” ? Il s’agit d’une notion de psychologie positive caractérisée par un sentiment de concentration énergique, de pleine implication et de plaisir.

Mais comment faire lorsque tu ne sais pas ce que tu aimes, qui plus est, prendre conscience de ce qui te passionne ? La solution que je te propose est très simple : partir de ce que tu n’aimes pas et procéder par élimination pour trouver ce que tu aimes.

Le biais de négativité 

L’être humain a tendance à retenir plus facilement les choses négatives que positives et c’est ce qu’on appelle le biais de négativité ; c’est la tendance à accorder davantage d’attention et d’importance aux :

  • mauvaises nouvelles qu’aux bonnes,
  • aux échecs qu’aux succès,
  • aux défauts d’une personne qu’à ses qualités,
  • aux critiques qu’aux compliments… 

Et donc plus généralement à tout ce qui suscite des émotions négatives.


D’intensité égale, les choses de nature plus négative ont un plus grand effet sur notre état psychologique que les choses neutres ou positives.

C’est pourquoi,  il est pertinent de partir des choses négatives donc celles que tu n’aimes pas pour faciliter le mécanisme de l’exercice. Je te propose de commencer par lister ce que tu n’aimes pas et de procéder par élimination en suivant les étapes ci-dessous dans l’ordre. 

Étape 1 : Ce que tu n’as pas envie d’apprendre

La première étape de cet exercice consiste à lister tout ce que tu n’as pas envie d’apprendre.

Par exemple, tu peux débuter par les matières que tu détestais à l’école ou pendant des études supérieures en expliquant pourquoi.

En les listant, tu pourras ainsi observer ce vers quoi ton cœur penchais le plus. Étais-tu plus littéraire et créative ou scientifique et logique ?

Étape 2 : Les tâches ennuyeuses au travail

Dans cette étape, je t’invite à faire une introspection sur ta situation professionnelle actuelle ou passée.

Il se peut qu’une ennuie profonde t’envahisse lorsque tu te retrouves à accomplir certaines tâches.

  • Rédige donc une liste de ces tâches ennuyeuses dans ton travail
  • Notes celles qui te donne l’impression d’être insignifiante ou de devenir folle
  • Explique pourquoi

Prends donc le temps de faire cet inventaire pour passer à l’étape suivante.

Étape 3 : Les tâches du quotidien

Chaque jour, tu te retrouves à accomplir des tâches que tu n’aimes pas du tout !

Des corvées ménagères à l’organisation des tâches quotidiennes, fais l’inventaire de ces tâches et ne négliges aucune obligation qui te soit contraignante.

L’objectif de chaque étape est d’aller en profondeur afin de comprendre pourquoi tu n’aimes telle ou telle chose.

Prends donc le soin de détailler à côté de chaque tâche pourquoi tu n’aimes pas l’accomplir.

Étape 4 : Le dénominateur commun négatif

Il est temps de faire le lien entre les différentes listes “négatives” préalablement constitué. Ceci te permettra d’observer le point commun dans tout ce qui ne te plaît pas.

Ainsi, pour t’aider à définir le dénominateur commun et analyser tes résultats, pose-toi les questions suivantes :

  • Est-ce que ce sont les tâches répétitives qui t’accable ou au contraire, les choses qui te demande de la créativité et des prises de décision ?
  •  S’agit-il d’activités individuelles ou en groupe ?
  • Demandent-elles un effort physique ou intellectuel ?
  • Autres ?

Les réponses à toutes ces questions t’orienteront vers la direction à suivre lorsque tu vas réfléchir à ce que tu aimes faire.

Étape 5 : Ce que tu aimes faire

Il est temps de se concentrer sur les choses qui te procure un bien-être et du plaisir : ce que tu aimes faire !

“Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez” – Albert Schweitzer

Continues donc à procéder par liste en te focalisant sur ce que tu aimes faire ou ce que tu as aimé faire (dans ton passé), dans les mêmes catégories précédentes :

  • École, formations…
  • Dans le contexte professionnel
  • Les tâches quotidiennes

Étape 6 : Le dénominateur commun positif

Tu l’auras compris, les étapes se succèdent tout en gardant une suite logique. Ainsi, je t’invite à déceler le dénominateur commun dans tout ce que tu aimes faire. Tu peux donc reprendre les questions du point  4 en y intégrant celle-ci :

  • Y a-t-il un domaine ou une idée commune qui définit ce que tu aimes ?

Laisse libre cours à tes rêves et tes ambitions. Cette question te demande d’être consciente des domaines qui sont susceptibles de te plaire. Certaines ambitions / passions sont parfois enfouies en nous par peur de ne pas y arriver ou ne pas s’y reconnaitre. C’est pourquoi je te propose de rédiger en ne te mettant aucun frein et t’autorisant à rêver.

Étape 7 : Questionnement et analyse

Le questionnement est un procédé efficace pour entamer une introspection. Quel que soit le domaine dans lequel tu souhaites évoluer ou te découvrir, la connaissance de soi est indispensable. Tes réponses sont le fruit d’un désir, d’une perception ou d’une orientation unique et singulière.

C’est ainsi que tu pourras en apprendre davantage sur toi et tes futures ambitions.

 “Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras plus jamais à travailler un seul jour de ta vie” – Confucius

Voici une nouvelle série de questions sur lesquelles je t’invite à faire une introspection : 

  • Y a-t-il des activités agréables que tu as arrêté de faire ? Pourquoi les as-tu abandonnés ? Que pourrais-tu faire pour t’y remettre ?
  •  Fais un classement des choses que tu aimes et que tu as aimé (actions, activités, sujets, thèmes, hobbies…). Qu’est ce qui occuperait la première position ? Comment pourrais-tu lui donner plus de place dans ta vie ?
  • Qu’est-ce qui t’anime, te stimule le plus dans ce que tu as noté ?
  • Qu’est-ce qui est le plus important pour toi ?
  • As-tu oublié quelque chose ?
  • Vers quelles activités pourrait te mener ce que tu as noté ?

Découverte de ton Ikigaï

En ayant suivi les différentes étapes, tu as entamé le premier pas vers la découverte de ton ikigaïCes étapes te permettront donc de faire le point sur ce qui te stimule. Ainsi, tu devrais avoir une orientation plus éclairée sur ce qui pourrait te passionné.

Note importante  : cet exercice peut prendre du temps selon situation dans laquelle tu te trouves (ton niveau de conscience et de connaissance de toi-même). Si tu n’arrives pas à répondre à toutes les questions d’un coup, je t’invite à laisser ton subconscient travailler à ta place en lâchant prise et en revenant sur l’exercice plusieurs fois. 

Et si tu souhaites visionner le live que j’ai fait sur cet exercice, il est disponible sur mon compte Instagram juste ici.

La découverte de ton ikigaï est un processus dans lequel tu ne cesseras d’en apprendre sur toi. Pour continuer ce cheminement, télécharge gratuitement ton E-book “Comment Trouver Son Ikigaï” dans lequel je te donne d’autres clés : 

Laisser un commentaire