L’ubuntu : exister grâce aux autres

L’ubuntu : exister grâce aux autres

La quête de sens et de profondeur est présente dans toutes les sphères de notre vie. C’est dans cette optique que tu as besoin d’exister telle que tu es pour donner du sens à tes actions au quotidien.

Une question se pose : est-ce que les autres ont contribué à ce que tu sois celle que tu es aujourd’hui ? Et si je te disais oui !

Découvre dans cet article en quoi la notion d’ubuntu est intimement lié à ton existence et à ton développement personnel.

1. Ubuntu ou l’art d’exister

“Je suis parce que tu es”

Au premier abord, il peut sembler curieux que notre existence dépende de celle des autres. Il est vrai que nous sommes à une époque où, l’individualisme et le culte de l’unicité (une peur de la concurrence) sont devenus peu à peu des concepts de vie.

C’est comme si fallait être seule pour enfin être et exister (en tant qu’être à part entière).

La notion d’existence dans Ubuntu est tout autre. Voyons quelques illustrations du concept.

Définition ou état d’esprit ?

D’après le livre “Cogito versus Ubuntu” de Pierre Frath, René Daval, le terme serait apparu dans des sources africaines vers le milieu du 19e siècle.

L’usage philosophique se serait développée plus particulièrement dans les années soixante-dix au point de nommer, je cite, un humanisme africain basé sur une sorte de socialisme naturel opposé à l’humanisme de l’occident basé sur l’individu et donc égoïste.

En ce qui concerne son étymologie, la racine du mot est présente dans la plupart des langues bantoues (lingala, kiswahili etc…) et son origine remonte à des générations. Une appellation parfois différente mais l’éthique identique : j’existe par les autres et pour les autres.

L’Ubuntu s’est fait connaître en Occident en grande partie grâce aux écrits de Desmond Tutu, l’archevêque de Cape Town qui était un leader du mouvement anti-apartheid et qui a remporté le prix Nobel de la paix pour son travail.

Voici sa définition de l’Ubuntu.

“Quelqu’un Ubuntu est ouvert et disponible pour les autres, dévoué aux autres, ne se sent pas menacé parce que les autres sont capables et bons car il possède sa propre estime de soi — qui vient de la connaissance qu’il a d’appartenir à quelque chose de plus grand — et qu’il est diminué quand les autres sont diminués ou humiliés, quand les autres sont torturés ou opprimés.” Desmond Tutu


Nelson Mandela, un exemple d’ubuntu

ZVK Coaching

Bien plus qu’une simple définition, il s’agit d’un état d’esprit, d’un concept de vie. D’ailleurs, Nelson Mandela a été celui qui a introduit le terme à l’échelle mondiale lors de l’une de ses interventions.

 “Respect, serviabilité, partage, communauté, générosité, confiance désintéressement. Un mot peut avoir tant de significations. C’est tout cela l’esprit d’ubuntu !”

Lors d’un interview en 2006 par le journaliste sud-africain Tim Modise , Nelson Mandela à répond

“Autrefois, quand nous étions jeunes, un voyageur qui traversait un pays s’arrêtait dans un village, et il n’avait pas besoin de demander de la nourriture ou de l’eau ; une fois qu’il s’arrêtait, les gens lui donnaient à manger, le divertissaient”

Il est à noter que ces pratiques ont été tellement ancrés dans certaines traditions africaines, qu’elles perdurent malgré les différentes évolutions sociétales, techniques et économique. L’humain reste au centre des toutes les préoccupations.

2. L’importance de se connecter aux autres

Chaque jour, chaque rencontre te permet de prendre conscience de ton évolution et de ce qui te définit.

Pourquoi ? Prenons l’exemple du talent :

D’après Gilles Noblet (coach spécialisé en évolution professionnelle) chaque individu est unique et porte en lui une façon d’être et de faire inimitable qui est reconnue comme telle par les autres. 

Pour que tu sois reconnue dans ton domaine, que tu puisses être utile à ton prochain, il a besoin d’être (exister, être présent)  pour que tu sois.

Malgré le fait que l’ubuntu ne puisse être traduit littéralement (de manière précise puisque son champ de réflexion est très large) en langue occidentale, gardes à l’esprit que l’humain est l’essence même de ce concept.

Ce dont le monde a besoin

Tu sais à quel point la quête de sens, la mission de vie et vivre de sa passion m’animent au quotidien :).

À ce propos, il y a quelque temps, j’ai été dans une profonde réflexion et réalisé à quel point j’étais pleinement épanouie dans mon quotidien grâce à toi, grâce à vous.  Tu te souviens du cercle de l’ikigaï “ce dont le monde a besoin” ?

Ikigaï ZVK Coaching

Et bien  la connexion avec chacune de mes clientes est le fruit d’un apport mutuel. Grâce à elles, je peux être dans mon ikigaï, ma mission de vie et être heureuse 🙂

“Je suis, grâce à ce que nous sommes tous” Ubuntu

La quête de sens

Pour donner du sens à ta vie, tu as besoin de faire savoir qui tu es, ce que tu désires et ce que tu peux apporter au monde (je reviens à l’ikigaï).

Mais pourquoi aider l’autre donne du sens à ce que tu fais ? En plus de te sentir utile et  répondre au besoin de ton prochain, ces actions ont un impact considérable sur ton bien être général.

En effet, se sentir utile secrète de la dopamine (la molécule du plaisir), impliquée dans le circuit de la récompense.

Cette substance chimique joue un rôle sur ton comportement car elle est libérée par le cerveau lorsque tu vis des expériences que celui-ci associe au plaisir.

Mieux vivre pour mieux servir

En prenant connaissance de ce concept de vie, tu dois te demander si cela n’implique pas un délaissement de soi.

Bien au contraire, tout est une question de vision et d’intention car quoi qu’il advienne, tu restes ta priorité.

Cependant, il existe une nuance : prends-tu soin de toi uniquement pour TON bien-être ou est-ce pour mieux servir ton prochain ?

D’ailleurs, j’ai abordé le sujet dans l’article “10 façons de prendre soin de soi“. Tu verras à quel point l’autre contribue également à notre bien être :).

 Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous

Pour prendre un autre exemple, exister à travers l’autre ne signifie pas être dépourvue de sa personnalité ou totalement s’oublier. Ce qui est à retenir, c’est cette notion d’entraide, de partage, de contribution, de considération de l’autre à travers soi.

Si tu souhaites prendre conscience de certaines de tes qualités, n’est-il pas nécessaire qu’une tierce personne te les dise ?

Comme un miroir, nous avons indéniablement besoin de l’autre pour exister et révéler le meilleur de nous.

3.  L’art d’exister grâce aux autres : le MOAï

Selon l’archevêque Desmond Tutu, auteur de Reconciliation: The Ubuntu Theology :

“Quelqu’un d’ubuntu est ouvert et disponible pour les autres » car il a conscience « d’appartenir à quelque chose de plus grand”

Le sentiment d’appartenance ne te rappelle pas un concept japonais ? Effectivement, il s’agit du MOAI !

C’est une tradition d’Okinawa dont l’objectif est de consolider les liens et les entretenir au sein de la communauté.

Le MOAÏ signifie littéralement “l’amour de la communauté”.

ZVK Coaching

Chaque groupe a un intérêt commun qui renforce le sentiment d’appartenance. En faisant partie de ces groupes, les membres s’entraident et pour certains, il s’agit de leur Ikigaï.

Ikigaï, Moaï, Ubuntu

 “Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin” Proverbe Africian

Que tu souhaites accomplir des objectifs individuels ou collectifs, t’épanouir dans la sphère privée ou professionnelle, tout ceci n’est possible qu’à condition que l’autre existe.

  • En trouvant ton Ikigaï, tu es au service de l’autre pour recevoir.
  • Lorsque tu fais partie d’un MOAI, vos forces sont combinées pour mieux évoluer ensemble
  • En adoptant l’état d’esprit Ubuntu, tu existes grâce à l’autre tout en étant unique.

Fusionner ses ambitions, ses forces, ses qualités pour mieux avancer ensemble, main dans la main, ces concepts de vie sont universelles et intemporels.”

ZVK Coaching

Aïssé Diakité, Rédactrice web pour ZVK Coaching

Laisser un commentaire